jeudi 7 avril 2011

Kadhafi : entre utopie et déchéance

44 ans en arrière, un jeune homme face à son utopie: le panarabisme et la conquête du monde arabe.

44 ans après, un homme âgé face à ses responsabilités: un peuple en colère.

Au départ, un jeune homme rempli d'ambitions, de rêves et de projets politico-socio-économiques pour sa Libye, et plus encore pour le monde arabe et mieux encore pour l'Afrique Noire, et révolté contre l'occident et sa main mise sur les richesses du tiers monde . A l'arrivée un homme âgé aigri, incompris, flirtant avec le terrorisme, opprimant son peuple, perdu dans son idéologie, et rejeté par une grande partie du peuple libyen.
Muammar Kadhafi est un personnage complexe, insaisissable, manipulateur , calculateur, et rusé qui a su (et dû) au fil de ses nombreuses années de règne jusqu'au soulèvement actuel de son peuple, trouver un compromis entre ses utopies, ses intérêts personnels et le réalisme politique sur le terrain.

A seulement 27ans, alors lieutenant dans le corps des transmissions, il profite du séjour pour maladie du roi Idris Al-Mahdi en Turquie -roi qui s’apprêtait à ce moment là à céder le trône à son neveu- pour organiser un coup d'état et le renverser le 1er septembre 1969. Kadhafi s'autoproclame aussitôt colonel et déclare que la Libye est dirigée par le peuple libyen et que son statut est celui de 'Guide de la révolution' ou 'Frère guide'. Ça c'est pour ceux qui préfèrent les raccourcis. Pour les plus téméraires, Kadhafi s'adoube  'Chef et guide de la Révolution de la Grande Jamahiriya arabe libyenne populaire et socialiste'. Il nomme des « comités révolutionnaires populaires» en guise de partis, et désigne la Libye comme un état de démocracie directe avec un peuple qui s'autodirige tout en ayant le privilège d'avoir un guide à leur "service". Tout un programme.

Kadhafi et la genèse d'une utopie

Révolutionnaire dans l'âme, Kadhafi a très tôt dans sa jeunesse admiré des personnalités politiques aux mêmes idées politiques tels que le président lieutenant-colonel égyptien Nasser et ses idées panarabes (ou unité arabe) dont il s'est beaucoup inspiré ou encore Mao qui l'a également influencé. Issus d'une famille de Bédouins, dans un milieu modeste, il a officiellement comme père un berger berbère pour qui il éprouve une profonde tendresse, et qu'il a un jour présenté dans le cadre d'un documentaire français comme un résistant à l'occupation italienne. C'était dans les années 80, Kadhafi père avait alors 102ans. 
Officieusement, selon une rumeur qui le suit depuis très longtemps, il serait en réalité le fils d'un aviateur...Corse, pilote des forces aériennes françaises libres dont l'avion se serait écrasé dans le désert libyen. Cette rumeur voudrait qu'une tribu bédouine l'ait alors recueilli et que dans la foulée, il se soit épris d'une de ses bienfaitrices avec qui il aurait eu un certain Muammar Kadhafi. Rumeur ni confirmée, ni réfutée.

C'est le plus jeune de la famille. Il grandit dans la région désertique de Syrte, et reçoit une éducation traditionnelle et religieuse avant de poursuivre des études dans une école préparatoire de Sebha. Il y rencontre des jeunes qui partagent alors ses idées révolutionnaires et avec qui il forme un petit groupe militant visant à s'emparer du pouvoir. Kadhafi défend ses positions anti-occidentales, et aspire à la fin de l'état sioniste. Ses discours, son caractère agressif, et radical et son activisme politique qu'il développe de 1956 à 61 le font remarquer et il se fera vite exclure de cette école. Il quitte celle-ci mais pas ses idées révolutionnaires. Après des études de droit à l'université de Libye , il intègre en 1963 l'Académie militaire de Benghazi où il reste fidèle à lui même en s'entourant de militants pouvant l'aider à renverser le roi et sa monarchie pro-occidentale. En 1965, diplômé, il doit suivre un entraînement supplémentaire au British Army College en Grande-Bretagne et devient un an plus tard à son retour, lieutenant dans les transmissions.

Lorsqu'il réussit son putsch en 1969 et prend le pouvoir, il rejoint la cause palestinienne et en grand admirateur de Nasser, rêve également d'unir le monde arabe, et précisément d'unir la Libye à ce dernier. Ce sera en vain. 
Kadhafi prône un socialisme nouveau, croisement entre communisme et capitalisme d'après les experts politiques, et théorise la « révolution verte » en réorganisant les institutions de son pays. Désormais, la Libye est une Jamahiriya (venant du mot arabe Yumhuria : république) libyenne populaire socialiste. Sous fond de démocratie, il s'octroie en réalité le pouvoir absolu. Sa politique sera principalement financée par les pétrodollars. Pétrole dont il sera l'un des premiers à changer et augmenter le prix dans les années 70 au grand désespoir de l'occident.
Ses supposées implications dans de nombreux attentats l'isolent de plus en plus du reste du monde. En somme, on l'accuse de la mort d'un soldat américain dans une discothèque berlinoise en 1986 à la suite de l'explosion d'une bombe ; de l' attentat de Lockerbie en Écosse contre un avion de ligne civil américain qui fait 270 morts en explosant en plein vol en 1988 ( l'implication de la Libye est toutefois remise en doute) ou d'un autre contre un avion français reliant Brazzaville à Paris ayant fait 170 morts en 1989. De même, les financements d'organisations palestiniennes violentes, celles des milices libanaises et des nationalistes irlandais, et son soutien pour les mouvements révolutionnaires anti-américains en Amérique Latine, en réponse aux américains qui financeraient selon lui des mouvements anti-arabes, ne sont pas du goût de tout le monde. Les pays arabes, qu'il rêve tant d'unir, et pourquoi pas, de diriger, lui tournent définitivement le dos. En effet, ses frères arabes ne veulent pas être associés à un homme que l'on soupçonne de terrorisme et tous ne partagent pas ses idées anti-sionistes . De plus, le magrheb et l'Egypte, le percoivent plus comme un diviseur, qu'un rassembleur, car Kadhafi avait une fâcheuse tendance à appliquer la règle du diviser pour mieux régner à chaque fois qu'il se mêlait à une question arabe. 
Plus de panarabisme ? Même pas grave, Kadhafi a plus d'un tour dans ses poches. Dorénavant, il va pencher sur le panafricanisme. Prochaine cible donc, les cousins noirs d'Afrique Subsaharienne. Avec ses idées à portée utopique, il se voit déjà président ou plutôt Guide des états-unis d'Afrique (sauve qui peut!) ! C'est d'ailleurs entre autre sous son initiative que l'union africaine est créée en remplacement à l'Organisation de l'unité africaine en 2002. Quand il en est le président élu pour un an en 2009, il va même jusqu'à réclamer qu'on l'appelle le « Roi des rois traditionnels d'Afrique» (!), avec l'espoir que son « son mandat sera(it ) un temps de travail sérieux et pas seulement de mots », et en soutenant la nécessité « de pousser l’Afrique en avant vers les Etats-Unis d’Afrique » ... « Je continuerai et insisterai » disait-il «  pour que les États souverains, que nous sommes, parviennent aux Etats-Unis d’Afrique ».
Aux dernières nouvelles, il n'y a toujours pas d'Etats-unies d'Afrique à l'horizon.

Kadhafi et les tenues d'apparats




L'habit ne fait pas le moine certes, mais pour Kadhafi l'habit est un instrument de propagande formidable qui lui a toujours permis d'exprimer ses positions politiques. Quand il souhaite amadouer les africains, Monsieur Kadhafi arbore des boubous bien colorés comme les africains les aiment ; des broches  ou des imprimés représentant ce cher continent noir capable d’être perçus à des millions de kilomètres; des chemises avec les portraits bien visibles des plus grands leaders africains dont Patrice Lumumba, Houphouet Boigny et Nelson Mandela entre autres leaders bien choisis; toute une fioriture pour ses ambitions panafricaines, sa pensée influençant sa tenue pouvant éventuellement touchée les africains. Kadhafi rentre dans la lignée de ces souverains et autres dictateurs, ou président à vie africain (Mobutu, Idi Amin Dada, Bokassa même si ceux-ci n'apparaissent pas sur ses tenues etc) développant l'art d'un style à part, reconnaissable de tous, et utilisant toutes les panoplies possibles du chef d'état mégalomane.



Quand il va en Europe, il ramène avec lui tente et...chameaux. On se souvient tous de sa fameuse grande tente verte installée à sa
demande dans les jardins de l’hôtel Marigny, résidence officielle des hôtes de l'état, lors de son séjour controversé en France.
 Il affectionne particulièrement les burnous, sortes de manteau traditionnel d'Afrique du Nord, les lunettes noires, les tenues immaculées, les toques en fourrures, les longues capes en poil de chameau avec des ouvertures pour les mains, tenue de nomades appelée aba en bédouin (robe).


Pour les défilés militaires, il ne lésigne pas sur les décorations énormes qu'il s'est toutes autodécerné comme il s'est autodécerné le pouvoir, et qu'il appose sur ses uniformes militaires. Pourquoi se géner, après tout ?


Kadhafi et les femmes


Mis à part ses 2 mariages plutôt discrets avec une première femme Fatiha al-Nuri divorcé en 1970 qui lui donna son premier fils et un second mariage avec Safiya Farkash qui va mettre au monde une fratrie de 7 enfants dont les plus connus sont Saif al Islam Kadhafi- très impliqué en politique et récemment très médiatisé pour ses menaces directes envers le peuple tunisien révolté- et Hannibal Kadhafi connu pour ses frasques- Kadhafi a su mettre en avant sa garde rapprochée particulière exclusivement composée de femmes et désignées comme étant des amazones...les fameuses amazones de Kadhafi. Elles sont 40 femmes. Elles sont combattantes. Elles sont mystérieuses. Elles sont belles. Elles sont la plupart du temps en uniforme militaire kaki avec des sangles en or mais cette tenue peut varier selon les occasions . Elles sont toutes issues de l'académie militaire fondée par Kadhafi. Elles sont toutes vierges. Elles escortent leur guide lors de toutes ses sorties, visites et voyages. Elles sont très discrètes. Aucune information pouvant discréditer ou trahir leur guide n'a jamais filtré de leur bouche. Voici en somme les critères qui permettent de les enrôler. Enrôlement durant lequel, elles subissent un entrainement militaire drastique de trois ans, où elles doivent suivre des cours d'art martiaux et apprendre à manipuler les armes à feu. Précisons que c'est Kadhafi lui même qui se chargerait personnellement de la sélection finale et les candidates seraient nombreuses. Certaines apprendraient même à piloter des jets. Elles doivent par la suite toutes vouer leur vie à leur guide, le protéger et se sacrifier pour lui si besoin est. Elles n'hésiteraient donc pas à tirer sur quiconque mettrait en danger leur chef (pas farouches pour un sou). Elles n'ont ainsi pas peur de tuer mais le contraire peut aussi arriver. Par exemple, une dénommée Aisha morte criblée de balles en se jetant devant le Guide pour le protéger lors d'un attentat en 1998. Sept autres amazones furent également grièvement atteintes ce même jour. Ceci contribua à leur forger cette image de combattantes courageuses et belliqueuses. En 2003, les amazones marquent une fois de plus les esprits par leurs manières très persuasive et énergétique employée pour protéger Kadhafi alors agressé par des saoudiens lors d'un des sommets de la ligue arabe. Le guide les remercie la même année en leur dédiant les festivités du 34e anniversaire du coup d'état. En 2010, elles impressionnent en formant un bouclier humain autour de Kadhafi , face à une foule de plus de mille italiennes en furie contre le guide qui ne permet pas aux femmes de conduire sans la permission de leur mari.

Comme les nonnes , les amazones font vœux de chasteté, sauf que leur Dieu à elle c'est Kadhafi ; Kadhafi à qui elles doivent condition sine qua non à leur enrollement présenter un certificat de bonne moralité.

Ce choix de prendre uniquement des femmes pour le protéger et littéralement leur confier sa vie, n'est donc pas anodin. Kadhafi a toujours porté un regard progressiste sur certains points concernant les droits des femmes. Regard qui a souvent dérangé dans certains milieux intégristes de Libye. Pourtant le guide va mettre un point d'honneur à vouloir changer voire améliorer le statut de la femme. C'est ainsi qu'il va prôner l'abolition du voile même si cette idée ne passera pas partout en Libye. Qu'importe, il va la défendre. La polygamie, l'excision, les mariages forcés ou arrangés sont des traditions qu'il va chercher à proscrire. Ce serait sa culture berbère qui influencerait le regard qu'il pose sur la femme. Selon les sociologues dans « les sociétés berbères, la femme est l'égale de l'homme et détient le pouvoir absolu à l’intérieur de la tente ». Il s’agirait là « d’un islam extrêmement tolérant, mêlé d’animisme». Pourtant, le guide serait à la fois progressiste et machiste. Il veut faire émanciper la femme tout en niant dans sa jamahiriya certains de ses droits. Pour lui, la femme ne serait « pas conditionnée ou condamnée à faire des travaux d’homme. Elle est génétiquement programmée par sa condition de future mère et doit se montrer indépendante en ce qui concerne les mariages arrangés et la possibilité d’accéder à l’éducation ». Kadhafi a essayé de donner à la femme un statut moderne tout en devant composer avec les pourfendeurs d'un islam trop tolérant pour les femmes.

Depuis le début du soulèvement du peuple libyen, seules ses amazones semblent ne pas l’avoir totalement abandonné. Safiya, son épouse est partie résider à Vienne, Aisha sa fille, serait toujours à Tripoli, Galina son infirmière rapprochée qui l'accompagnerait partout, a fui vers l’Ukraine…







Kadhafi...seul contre tous (ou presque)

« Je me battrai jusqu'à le dernière goutte de mon sang »...loin d'être une réplique d'un film d'action américain bourré de testostérones, cette phrase désormais célèbre a été entonnée par Kadhafi, en réponse au soulèvement d'un peuple libyen, hostile à ce guide suprême après des années interminables de dictature (à peine) déguisée. Ras le bol d'un peuple qui, après les 44ans de règne de son dealer (labsus intéressant conservé intentionnellement après relecture- leader dans les faits^^) qui a perpétré des tortures et des mises à morts dans les prisons , et qui se serait impliqué dans l'assassinat de certains opposants libyens politiques et dans certains attentats. Ras le bol d'un peuple qui aspire à plus de liberté, de développement , à bénéficier des retombées économiques du pétrole et à une réelle démocratie. Kadhafi n'a pas hésité à se livrer à des massacres visant son propre peuple par l'intermédiaire de mercenaires tirant sur une population désœuvrée .

Aujourd'hui la situation est plus que confuse avec un Kadhafi et ses deux fils enchainant menace, intimidation et manipulation. Les rebelles du côté du peuple, non contents de devoir se battre sans expérience, seraient à présent victimes des frappes de l'Otan qui se seraient malencontreusement trompé de cibles lors de leurs dernières interventions. Les Etats Unis s'impliquent sans trop vouloir se mouiller les mains, peut-être par peur qu'on les accuse de rechercher des intérêts qui se traduiraient par un certain or noir tant convoité. Ce qui signifie par conséquent que la Libye se retrouve dans une impasse avec un Kadhafi très déterminé à rester guide d'un peuple qui préfère dans sa majorité prendre un chemin opposé à celui indiqué par ce dernier. 

Kadhafi a toujours su manipuler les médias à sa guise et s'en servir en jouant tour à tour le rôle de la victime, du conciliateur, de l'humain, du réformateur, du médiateur, du méchant sur la défensive etc ; puis, manipuler le monde occidental (manipulateur manipulé) à grand renfort de propositions de lutte contre le terrorisme de Ben Laden et terrorisme des extrémistes musulmans en général et de lutte contre l'immigration clandestine. Ce à quoi les dirigeants d'Occident ont répondu par une réhabilitation du guide dans leur cercle et dans leurs pays au  début des années 2000 où il était jusqu'alors persona non grata ; et enfin manipuler son peuple en lui assurant qu'il se dirigeait lui-même (autrement, ils sont libres) et en lui offrant un semblant de démocratie sans réelles perspectives.

Kadhafi semble toujours sûr de son pouvoir exercé sur le reste du monde et sur son propre peuple et argue comme principal argument pour justifier son entêtement à vouloir rester Guide, la protection du territoire contre l'envahisseur occidental voleur de pétrole. Mais son acharnement passe par des pertes humaines nombreuses, ce qui est plus que révoltant.

Kadhafi réussira t-il à avoir raison de son peuple ou ce dernier parviendra t-il à lui faire entendre raison ?

Affaire à suivre...



Kadhafi s'indigne contre son peuple indigné!

Kadhafi et son livre vert

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Une erreur est survenue dans ce gadget

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...